Pleine Lune en Bélier – Von Grüt

<transcy>Free delivery</transcy>

Pleine Lune en Bélier

Cette nuit la lune sera dans le signe de feu cardinal, l'étincelle du zodiaque : le Bélier.

Pleine Lune en Bélier


Comme toute pleine lune, nous avons une opposition entre le soleil et la lune. À chaque fois qu’il y a cette configuration, nous faisons l’expérience d’une tension et d’un possible « débordement ».
Pourquoi?

Car la pleine lune puise sa symbolique dans le développement végétal. Là où il y a pleine lune, il y a accomplissement, comme une sorte de fruit offert à tous les regards. Une prise de conscience mais aussi une mise en évidence, une révélation.

Avons-nous honoré la semence de la nouvelle lune en Vierge? Nous sommes-nous tenus à plus de discernement, de soin et de service? Ou au contraire, nous sommes-nous laissé égarer par nos envies impérieuses et notre propre intérêt immédiat?

Si la réponse est positive - c’est à dire que nous avons fait preuve d’analyse et d’alignement - nous sommes comblés. Si la réponse est négative et que nous avons oublié nos engagements, la frustration et la colère seront au rendez-vous.

Alors, pour revenir à notre pleine lune du jour : elle sera opposée à la Balance qui est un signe d’air, un signe mental et concerné par l’autre.

Que nous raconte alors ce ciel?

Qu’il existe une tension entre notre for émotionnel - la lune - qui souhaite en découdre, se libérer, suivre son instinct de vie, et la raison (le soleil) qui lui vise le compromis, la considération de l’autre, la concertation.

En astrologie mondaine, la lune est associée au peuple et le soleil aux dirigeants et c’est intéressant de constater qu’en France nous sommes dans cet état de tension, où l’envie des gens de continuer à vivre, de mener leur quotidien gronde face aux mesures prudentes et impopulaires du gouvernement.

Mais ce ciel dit aussi d’autres choses… La lune est conjointe à l’astéroïde Chiron. Cet astéroïde parle de nos vulnérabilités, là où nous avons une blessure qui refuse de se refermer. Chiron en bélier - donc dans un signe de feu - parle d’une blessure qui concerne notre identité, là où nous souhaiterions exister, exprimer notre présence dans le monde.

Émotionnellement nous avons besoin de vivre, de goûter à la liberté car la « plaie » du confinement plane sur nous tous. D’où la méfiance vis-à-vis de ceux qui avancent des arguments rationnels et sécuritaires.

Qui a raison? Les deux certainement… L’envie irrépressible d’exister, de vivre, de se rencontrer est légitime et naturelle… Mais elle se voit freinée par des arguments raisonnables qui visent à protéger les plus fragiles. Résultat ? Impatience, colère, sentiment d’injustice.

Alors, comment sortir de ce dilemme? Un autre astéroïde se présente dans le ciel, comme une lueur d’espoir, qui permettrait de libérer cette tension palpable. La déesse Pallas Athéna. Elle est l’apex du carré en T - qui oppose le soleil à la lune.

L’opposition soleil-lune, raison-émotion, protection de l’autre-expression personnelle, se résout ainsi dans une solution créative. Le ciel semble nous exhorter à plus de sagesse et surtout à une vision « holistique » de la société si nous souhaitons sortir de cette situation critique, où plane un éventuel confinement des principales métropoles.

Pallas Athena, porteuse de sagesse et justice, nous invite à dépasser nos peurs collectives et à endosser l’armure du courage. Elle souhaite qu’on puisse avoir une vision stratégique qui prenne tout le monde en considération - sans exception.

Alors, chacun est invité à faire preuve d’inventivité…
Et vous? D’après vous, qu’elle serait la façon la plus « sage » pour sortir de cette crise?